Attention terme à la mode : influenceur ! On en entend parler partout et pas seulement dans le domaine du tourisme et c’est vrai que ça fait un peu rêver ! Qui n’a jamais songé de tout plaquer pour devenir « Youtubeuse beauté » ? Allez, on avoue…

Oui, car pour certains, c’est devenu un métier ! Heureusement ce sont encore pour la plupart de véritables passionnés. C’est ce discours-là que je veux mettre en avant. L’année dernière, j’avais rencontré « Notre carnet d’Aventure » à Orléans, un couple de blogueurs 100% passion. Aujourd’hui c’est au tour d’Aurélien, le lillois de « Voyage Way » de nous expliquer son métier, sa passion du voyage et ses conseils pour les Offices de Tourisme.
Il se définit comme un addict des pays du Moyen-Orient et de l’Asie ! #Voyage #Photographie #Web

Pour commencer, peux-tu nous parler de ton parcours ?

Salut ! J’ai commencé à voyager en 2006 et mon blog a vu le jour au tout début de l’année 2012. On peut considérer que mon blog est devenu une de mes activités professionnelles à partir de 2015. Au départ, c’étaient des récits pur et dur de voyage et petit à petit, ça a évolué vers des articles plus pratique, inspiration, conseils photo. Je suis à 80% dans le monde du blogging, et à côté je vends des photos, prestations web… car avant, je travaillais dans l’informatique !

Azougui - Mauritanie
Azougui – Mauritanie

Qu’est-ce qui t’a poussé à ouvrir un blog ?

C’est la passion. Encore aujourd’hui, plus de la moitié des voyages que je fais c’est pour moi et le reste est le fruit de collaborations avec des Offices de Tourisme. Métier et passion en même temps.

Contrairement à d’autres blogueurs qui travaillent beaucoup sur les réseaux sociaux, de mon côté, je me focalise bien plus sur le blog, car les réseaux sociaux c’est énormément de temps et la durée de vie des contenus est proche de zéro par rapport à un contenu blog. Bien sûr, je reste tout de même présent sur les réseaux sociaux … Instagram c’est un gros pic dans les quelques heures, et au bout de 2-3jours il n’y a plus rien.

Par exemple, dans le top 10 de mes articles blog, j’en ai quelques-uns de l’année dernière, mais aussi des billets de 2013 ou 2015… C’est super de se dire qu’un article où tu as passé 6h à l’écrire est toujours lu, même au bout de 4 ou 5 ans ! Ça reste dans le temps, contrairement aux réseaux sociaux. De plus, le contenu blog est lu par des personnes toujours différentes grâce aux visiteurs provenant de Google. Sur les réseaux sociaux, la plupart des likes ou des vues proviennent très souvent des mêmes personnes …

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans le métier de blogueur ?

Le voyage en lui-même et les photos, j’adore ça !

Partager sa vision du voyage et mettre en avant une destination que l’on apprécie, montrer qu’il ne faut pas toujours aller en Thaïlande pour avoir de belles plages…il y a des endroits plus authentiques ! Je voyage beaucoup dans les pays du Golfe, ils ont une image déplorable. C’est sympa de montrer aux gens que ce n’est pas ça ! Pour moi, le rôle d’un blogueur voyage, c’est plutôt guider qu’influencer. Un blogueur n’est pas là pour vendre du rêve mais pour guider …

Également le côté « challenge » ! Se placer sur Google, d’être bien indexé, de faire du trafic. Faire un contenu sympa c’est bien, mais si personne ne le voit, c’est un peu démotivant. J’apprécie également les échanges avec des lecteurs ou des voyageurs comme par exemple sur les salons du tourisme, sur les réseaux sociaux, sur les commentaires du blog ou encore par email …

Café traditionnel au Manama

Quel business plan pour un blogueur ?

Normalement quand tu es blogueur, tu es censé “éclairer” ton lectorat sur un sujet que tu connais. Hélas, c’est de moins en moins vrai et les blogs inondés de partenariat deviennent plus proches de panneaux publicitaires …

Mon business model est de me rémunérer essentiellement sur l’affiliation (commission sur des ventes réalisées). C’est un modèle plus sain pour le lecteur, le blogueur mais aussi le professionnel du tourisme.

Je trouve que c’est plus sain pour tout le monde de séparer : blogueur, marque et lecteur. L’avantage de ne pas être rémunéré, c’est que je peux parler de tout et que je suis bien plus libre ! En étant rémunéré directement par une marque, on peut forcément se poser plus de questions sur l’objectivité du contenu.

Quels conseils peux-tu donner à un Office de Tourisme qui veut travailler avec un influenceur ?

  1. Ne pas considérer les blogueurs de la même manière, certains sont plus autonomes que d’autres.
  2. Ajuster la durée. Sur 2 jours, il est difficile de produire un contenu de qualité et assez exhaustif pour être visible sur les moteurs de recherche.
  3. Comprendre les besoins du blogueur et discuter avec eux. Arrêter de faire le même itinéraire pour des dizaines de blogueurs ! Un itinéraire en fonction de ce qu’aime les blogueurs, faire du sur-mesure en fonction des envies du blogueur et de son lectorat.
  4. De travailler avec plusieurs types de blogueurs. Le côté « vente de rêve » chez certains blogueurs fonctionne pour influencer les gens à aller vers cette destination précise. Le côté passionné va plus influencer la personne lorsqu’elle sera décidée d’y aller : quoi visiter, où se loger, combien de temps y rester, …
  5. Appliquer des stratégies pour des endroits moins visités. Exemple : au Japon, il y a des endroits qui sont devenus hyper-touristiques ! Il y a un an, j’ai participé à un voyage organisé avec l’Office de tourisme qui avait pour objectif de mettre en avant un Japon hors des sentiers battus. C’est un bon moyen pour l’Office de tourisme de promouvoir des zones moins touristiques et parfois peu éloignées du parcours de beaucoup de touristes !
Japon

Comment détecter les « fakes blogueurs » ?

C’est le souci des réseaux sociaux, c’est compliqué à contrôler, car on peut facilement acheter des followers mais aussi utiliser des techniques de spam pour faire grimper son nombre d’abonnés ou son engagement. Instagram en est le meilleur exemple. Un nombre très important de blogueurs ont grimpé sur Instagram en utilisant du mass-like (liker des photos en masse pour se montrer), mass-follow (s’abonner à des centaines de comptes par jour pour avoir des abonnements en retour). De nombreux blogueurs utilisent ou ont utilisé ces méthodes, y compris parmi les “stars” du blogging voyage 😉

La dernière astuce : les pods. Faire partie d’un groupe de blogueurs sur Instagram et liker / commenter toutes les publications des membres. Sur chaque photo d’un compte, on retrouve systématiquement les mêmes blogueurs qui viennent commenter chaque photo. Bonjour l’influence …

Il n’y a pas ce souci sur les blogs, on ne peut pas fausser, il faut des vrais visiteurs. La marque a tout intérêt à bosser avec un blogueur qui travaille son blog et l’affiliation plutôt qu’un blogueur uniquement réseaux sociaux. Les blogueurs qui misent sur l’affiliation demandent moins ou pas de rémunération, car c’est un autre schéma. Si le blogueur produit un contenu qui n’est pas visible, finalement il ne gagne rien derrière.

En travaillant avec un blogueur basé sur ce modèle, la marque sait que le blogueur fera le maximum pour produire un contenu visible.

Quel est ton équipement photo ?

J’utilise essentiellement un Nikon D5300 mais c’est loin d’être mon premier reflex. J’ai tendance à maltraiter mon matériel photo en voyage … Il faut dire que le sable du Moyen Orient et l’humidité de l’Asie n’aident pas vraiment ! Je travaille principalement avec 3 objectifs : un 50mm focale fixe, un 11-16mm et un 18-140mm. En tout, j’ai 8 objectifs. En fonction du voyage, je pars souvent avec 4 ou 5 objectifs. J’ai également un drone pour les photographies aériennes mais je ne l’utilise pas à chaque voyage.

paysage Khor al Adaid au Qatar
Khor al Adaid au Qatar

À ton avis, comment peut-on se démarquer sur Instagram ?

Difficile de se démarquer sur Instagram. La mode est plutôt à la production d’un contenu “instagrammable” pour générer de l’engagement plutôt que de produire un contenu original et propre à sa vision du voyage. Beaucoup se mettent donc à produire un contenu identique : photographie de dos avec un pied levé, ciré jaune, chapeau de paille, …

Se démarquer sur Instagram pour des blogueurs ? Il suffit de regarder cette vidéo pour comprendre que cela n’existe presque plus 

À mon sens, plutôt que de toujours partager ses pieds, il faudrait plutôt être axé sur l’autre, sur la rencontre, sur les locaux. Mettre en avant les traditions du pays, la culture, les raisons pour lesquelles nous voyageons !

Aujourd’hui, le problème c’est qu’il n’y a presque plus aucune originalité, tout le monde fait la même chose. Le fait de dire « ça ne marche pas donc je ne le fais pas » pousse les gens à rester dans le même moule… Il faut que ça change !

femme dans les rizières au Laos
Au Laos

Merci à toi d’avoir pris un peu de ton temps (entre deux voyages) pour cette interview et d’avoir partagé cette passion avec nous ! C’est très enrichissant d’avoir le point de vue de quelqu’un qui a un autre business model.

Je vous invite à découvrir son blog pour votre prochain voyage au Moyen-Orient !

Site web – Twitter – Instagram – Facebook

Vous voulez en savoir plus sur les influenceurs ? Découvrez la formation.